L’or, acteur clé du conflit au Soudan

L’or, acteur clé du conflit au Soudan

L’or, un moteur financier pour la guerre au Soudan

Rédigé par Laurence Soustras

Modifié le 9 juillet 2024

Plus d’un an après le début de la guerre civile au Soudan, la contrebande d’or est le soutien financier majeur d’un conflit qui s’enlise.

C’est une guerre meurtrière et quasi invisible qui a débuté au printemps de l’an dernier entre l’armée du Soudan dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhan et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo. On dénombre plus de 14 000 morts et 8 millions de déplacés qui se sont acheminés vers les pays avoisinants, notamment le Tchad. Selon les Nations unies, la moitié de la population, soit 25 millions de personnes, nécessite une aide alimentaire urgente. Dans plusieurs régions du pays, la famine est déjà là. Jusqu’à présent, les tentatives de médiation, principalement les négociations de Djedda impulsées par les États-Unis et l’Arabie Saoudite, n’ont pas abouti. Et ce mois-ci, une altercation au Conseil de sécurité des Nations unies entre les représentants du gouvernement soudanais et ceux des Émirats arabes unis ont jeté une lumière crue sur les ressorts cachés du conflit. « L’agression militaire lancée par les FSR soutenues par les armes fournies par les Émirats arabes unis est en train de cibler délibérément et systématiquement des villages et des villes », a déclaré au Conseil de sécurité Al-Harith Idriss Al-Harith Mohamed, ambassadeur du Soudan aux Nations unies, s’attirant un vif démenti de son homologue, l’ambassadeur émirati Mohamed Abushahab. 

Or illicite et armes

Derrière l’échange se profile pourtant la réalité tenace d’un État soudanais défaillant, historiquement soutenu par le secteur de l’or, devenu au fil des années un enjeu majeur pour tous les protagonistes du conflit. Avant la guerre, le Soudan était le troisième producteur d’or africain derrière l’Afrique du Sud et le Ghana. Selon des chiffres officiels, il disposait d’une production de 107 tonnes en 2017, tombée à 41,8 tonnes en 2020, puis 2 tonnes en 2023. Il est estimé que la production réelle est de deux à trois fois supérieure et qu’une grande quantité d’or est commercialisée illégalement. L’armée et les paramilitaires comptent aujourd’hui sur cet or illicite écoulé à l’étranger pour continuer à financer l’effort de guerre. Les forces armées nationales se tournent vers l’Égypte où la crise économique intensifie la demande en or. Côté FSR, « l’or est accaparé par un homme seul, Mohamed Hamdane Daglo, un soldat de fortune devenu un mercenaire au service de forces étrangères, en particulier des Émirats arabes unis », selon Marc Lavergne, directeur de recherche au C.N.R.S.. De fait, même avant le conflit, le général Mohamed Hamdane Daglo, chef des FSR, dont les paramilitaires ont combattu en Arabie Saoudite aux côtés de troupes émiraties pendant la guerre civile du Yémen en 2016, contrôlait la production de plusieurs mines d’or – un secteur largement artisanal extrêmement polluant –, ainsi que de nombreuses sociétés d’exports. Depuis le début de la guerre, il a encore étendu son emprise sur la production aurifère de la région du Darfour. Sans oublier, a rappelé Ahmed Soliman, chercheur dans la corne de l’Afrique pour le Programme Afrique de Chatham House, qu’au début de la guerre, « le FSR a pris le contrôle de la raffinerie d’or de Khartoum, y compris du stock estimé valoir entre 150 000 et 200 000 dollars, ainsi que des possessions d’or de la population civile et des banques commerciales ». Au bout du compte, résume Marc Lavergne, « la situation a permis aux FSR de mettre la main, non pas directement sur les gisements, mais sur les orpailleurs en les taxant, en les protégeant, entre guillemets, de façon mafieuse, en prélevant l’or, en l’expédiant aussi directement à Dubaï où il est raffiné. Et de là, il part en Suisse. Il y a tout ce circuit qui contourne la banque centrale soudanaise. Donc le Soudan ne gagne rien dans cette affaire et les orpailleurs gagnent de quoi survivre, pas plus. » En janvier, les Émirats arabes unis avaient nié toute implication dans le conflit après leur mise en cause dans un rapport des Nations unies. Les témoignages et allégations selon lesquels les FSR utilisent l’or pour financer leur effort de guerre et se fournir en armes auprès des Émirats arabes unis via des pays tiers comme le Tchad avaient été jugés « crédibles » par l’organisation internationale. En juin, le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé aux pays impliqués de « s’abstenir de toute interférence qui nourrirait le conflit et l’instabilité », tout en rappelant aux « pays membres qui facilitent les transferts d’armes et de matériel militaire au Darfour leurs obligations de se soumettre aux mesures d’embargo sur les armes ».

À voir aussi

Aissatou Ami Touré – mobile banking et finance inclusive

Aissatou Ami Touré – mobile banking et finance inclusive

Aissatou Ami Touré, Directrice générale de Yassir Sénégal, une start-up algérienne spécialisée dans le commerce électronique. Cette entreprise propose des services financiers numériques, permettant à ses utilisateurs de payer, économiser et emprunter, en plus de solutions de commerce électronique et de livraison. Lors de cet entretien, Aissatou a présenté les enjeux des paiements mobiles pour le commerce électronique en Afrique. Elle a été récompensée dans la catégorie Afrique du Prix Les Margaret 2024, organisé par la Journée de la Femme Digitale (JFD).