MSC et Bolloré: un nouveau paysage portuaire africain

MSC et Bolloré: un nouveau paysage portuaire africain

Un navire de MSC en escale au terminal à conteneurs du port de Lomé. | © Hervé Deiss

Hervé Deiss

En cédant ses activités africaines, Bolloré pourrait modifier le paysage portuaire.

Le groupe Bolloré et l’armement italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC) sont entrés en négociation exclusive pour la vente de tous les actifs de Bolloré Africa Logistics le 22 décembre. Une cession qui pourrait modifier sensiblement le paysage portuaire africain. 

L’annonce en octobre de la cession des activités de Bolloré avait déjà fait l’effet d’une bombe. L’information du 22 décembre selon laquelle ètait décidée une période de trois mois pendant laquelle le groupe MSC entrerait en négociation exclusive avec Bolloré a confirmé les intentions de vente.

« Le groupe Bolloré a été le premier investisseur en Afrique depuis plusieurs décennies. Ces dernières années, nous avons entendu de nombreuses oppositions au groupe français. La vente de ces actifs peut aussi être une réponse à ces discrédits », nous a confié un ancien salarié de Bolloré et de MSC.

Toujours est-il que cette vente va singulièrement modifier le paysage portuaire africain.
En effet, Bolloré, en partenariat avec APM Terminals, filiale de Mærsk, est présent dans une quinzaine de terminaux conteneurisés d’Afrique de l’Ouest ainsi que sur le roulier et le conventionnel. De plus, Bolloré Africa Logistics a étendu son réseau en Inde, en Haïti et au Timor oriental.
 

Lomé et Abidjan : la guerre entre les hubs aura-t-elle lieu ?

Le rachat par MSC, au travers de sa filiale dédiée à la manutention portuaire Terminal Investment Limited (TIL), pourrait changer le visage du paysage portuaire africain.
En Afrique, TIL est présent dans les ports de San Pedro et Lomé. Si la cession se concrétise, l’opérateur deviendrait alors l’unique manutentionnaire de conteneurs en Côte d’Ivoire, en partenariat avec APM Terminals sur Abidjan. Et la principale question que se posent les observateurs est de savoir ce qu’il adviendra de la position de Lomé et d’Abidjan.

En effet, TIL a fait de Lomé le hub pour MSC en Afrique de l’Ouest avec une redistribution des conteneurs de Dakar à Luanda. Le port togolais conservera-t-il son statut ou sera-t-il supplanté par Abidjan ? Le groupe français envisageait de faire du port ivoirien une plate-forme de transbordement en disposant des deux terminaux à conteneurs du port.
La question n’a pas encore trouvé de réponse. Il faudra attendre la réalisation de la vente et l’explication par MSC de sa stratégie portuaire africaine.
 

Une longue liste de repreneurs potentiels

Enfin, quand en octobre l’annonce de la vente des actifs de Bolloré a fait surface, les professionnels de la logistique portuaire ont tenté d’imaginer un classement des opérateurs susceptibles de postuler au dossier. Tous les observateurs ont placé en première place le groupe Mærsk. La filiale manutention portuaire de Mærsk, APM Terminals, est partenaire du groupe Bolloré dans de nombreux ports comme Abidjan, Monrovia, Tema ou encore Tin Can (Lagos, Nigéria). APM Terminals semblait tout choisi pour reprendre les actifs, d’autant plus que les armateurs conteneurisés ont réalisé des bénéfices sans précédent en 2021. Selon Jérôme de Ricqlès, expert maritime de Upply, les bénéfices des principaux armateurs conteneurisés dépasseraient les 120 millions de dollars au total, soit plus que les GAFA, les quatre plus grandes entreprises américaines de l’Internet.
En seconde place, le groupe de manutention DP World tenait la corde. Déjà présent à Dakar et dans des pays d’Afrique de l’Est, le groupe de Dubaï n’a jamais caché sa stratégie d’expansion sur le continent. Ensuite venaient les concurrents de Bolloré, comme le chinois Cosco Ports et le Philippin Ictsi. Enfin, les armateurs comme CMA CGM figuraient en bonne place, disposant d’un « trésor de guerre » suffisant pour s’offrir une filiale manutention en Afrique, suite à la réalisation de bénéfices records en 2021.

À voir aussi

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Natty Ngoy est une entrepreneuse française de la diaspora africaine qui travaille avec des maîtres artisans dans des ateliers du cuir en Éthiopie pour élaborer de la maroquinerie et des accessoires. Elle a créé son entreprise en 2013 avec pour objectif de faire valoriser le travail, la création et les produits africains. Les matières premières utilisées sont à 97 % originaires du continent. INADEN se prononce « inadène » et signifie « artisans » en dialecte tamasheq, langue d’origine berbère.

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

Depuis mars 2022, des violents affrontements qui opposent des forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) au mouvement rebelle du 23 mars (M23) ont causé le déplacement de plusieurs milliers de personnes dans l’est de la RDC en province du Nord-Kivudes. Selon l’ONU, environ 510 000 personnes se sont déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Le Collectif Goma Actif composée de jeunes activistes et citoyens apporte une aide alimentaire aux femmes et aux enfants, les plus fragilisés.

RDC et Soudan du Sud, le voyage symbolique du pape François

RDC et Soudan du Sud, le voyage symbolique du pape François

En se rendant à la fin du mois de janvier dans deux pays en guerre, le pape François souhaite jouer un rôle de médiateur pour susciter l’espoir d’une réconciliation, comme il l’a déjà fait en République centrafricaine en 2015. Rompu à l’exercice de la diplomatie malgré une réputation d’homme au franc-parler qui peut quelquefois surprendre ses interlocuteurs, l’ex-archevêque de Buenos Aires va savoir choisir ses mots pour tenter de composer avec toutes les parties.