Pointe-Noire : la COVID-19 dope le sport de maintien

Pointe-Noire : la COVID-19 dope le sport de maintien

Ouverture de nouvelles salles de sport à Pointe-Noire depuis l'épidémie de Covid-19 | Jean David Mihamle

Jean-David Mihamle

Les salles de sport se multiplient ces derniers mois à Pointe-Noire, la capitale économique du Congo. Dans un contexte de morosité sociale du fait de la COVID-19, le sport apparaît comme une bouée de sauvetage.

La fièvre du sport qui s’est emparée des Ponténégrins (les habitants de Pointe-Noire, capitale économique du Congo) ces derniers mois atteint généralement son paroxysme en fin de semaine.

Le lieu dit « côte sauvage » donne alors la mesure de cet engouement pour le sport de maintien. Des centaines de personnes s’emparent alors de la plage, souvent aux premières heures de la matinée. Seuls, en couple ou même en groupe, enfants, jeunes et adultes, hommes et femmes s’adonnent à des exercices physiques, de la course ou alors une simple marche. 

Une aubaine pour Desty Nzila, coach sportif qui y recrute une bonne partie de ses adhérents au profit des diverses salles de sport dont il a la charge dans la ville de PointeNoire.

« Oui, je suis sollicité partout. Je ne travaille pas que dans une salle », explique-t-il.
« J’exerce dans plusieurs salles, je donne des cours à domicile et sur la plage. J’ai créé un concept, « no limit ». Ça, c’est un concept qui permet d’aider tous ceux qui n’ont pas les moyens… »
Un abonnement dans une salle de sport de Pointe-Noire varie généralement entre 25 et 100 euros par mois. Une somme élevée dans un pays où la moitié de la population vit avec moins d’un dollar par jour d’après la Banque mondiale.

« No limit » ?

« No limit », le concept imaginé par le coach sportif répond justement au besoin de satisfaire le maximum de personnes. « J’ai constaté que beaucoup de personnes voulaient faire du sport, mais n’avaient pas toujours les moyens pour prendre un abonnement dans une salle, explique le coach sportif. C’est la raison pour laquelle je m’occupe ici (sur la plage, NDLR) de ceux qui n’ont pas suffisamment d’argent pour se payer un abonnement (entre 20 et 100 euros, NDLR). »

Aujourd’hui, l’intérêt des Ponténégrins pour le sport se voit à travers la multiplication des salles de sport dans la ville. Au-delà du centre ville, ces structures se créent déjà dans des quartiers périphériques comme Songolo, entre autres. Le soir venu on peut même apercevoir de nombreux adhérents en activité. « Il s’agit surtout des cadres d’entreprise qui se défoulent après une journée de dur labeur », relève le coach Desty Nzila qui a déjà « enregistré une dizaine de salles de sport dans la ville contre trois, il y a un an ».

Déjà 50 coachs !

En dehors de quelques grands hôtels dotés de salles de gymnastique, « la ville compte déjà dix salles de sport, dont deux nouvelles ouvertes cette année », révèle le coach sportif. Une croissance rapide qui nécessite aussi la présence d’un personnel qualifié. « Une association des coachs de sport est en gestation à Pointe-Noire, mais les querelles d’ego freinent son envol », regrette l’encadreur qui dénombre déjà 50 coachs dans la ville.

Les profils de formation sont différents. Certains comme Desty Nzila ont été formés sur place au Congo par des mentors. D’autres sont issus de centres de formation à l’étranger comme en Afrique du Sud ou en RDC. « Formés sur place par un mentor ou à l’étranger, nous sommes tenus de nous améliorer grâce aux enseignements sur Internet », insiste l’entraîneur.

Un traitement préventif ?

Du reste, beaucoup se disent soulagés par la pratique régulière du sport. « C’était irrespirable ici au plus fort du confinement (avril décembre 2020, NDLR). Nous étions comme prisonniers. C’est le sport d’abord à domicile qui m’a permis de tenir, confie Fortune Mabiala. J’y ai pris goût et aujourd’hui je m’entraîne dans une salle de sport à Songolo (quartier de Pointe-Noire, NDLR). Je n’imagine pas ce que je serais devenu sans la pratique du sport ». 

Toujours est-il, qu’au-delà des bienfaits psychologiques du sport en cette période de pandémie de COVID-19, le coach sportif considère cette activité comme une véritable alliée.

« Le sport n’est pas seulement à pratiquer à titre curatif, conseille le coach Desty. (…) J’encourage ces personnes là (qui n’ont pas cette motivation) à ne pas attendre que le médecin leur dise de faire du sport. Il ne faut pas attendre d’avoir un A.V.C. pour s’y mettre.»

Actuellement, de nombreuses entreprises congolaises ferment, du fait d’une situation économique chancelante, avec pour conséquence la disparition des emplois. Une situation favorable au coaching sportif, surtout en cette période morose. Optimiste, le coach Desty Nzila, encore consultant dans diverses salles de sport de Pointe-Noire, veut se lancer dans l’entrepreneuriat. « Dès l’année prochaine, insiste-t-il, j’ouvrirai trois salles de sport à Pointe-Noire et Brazzaville ». Pour cela, il faudra attendre l’autorisation du délégué départemental des Sports et de l’Éducation physique du département de Pointe-Noire. Il devra alors vérifier « la viabilité des infrastructures, le savoir-faire des coachs, ainsi qu’une police d’assurance, notamment ».

À voir aussi

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Natty Ngoy est une entrepreneuse française de la diaspora africaine qui travaille avec des maîtres artisans dans des ateliers du cuir en Éthiopie pour élaborer de la maroquinerie et des accessoires. Elle a créé son entreprise en 2013 avec pour objectif de faire valoriser le travail, la création et les produits africains. Les matières premières utilisées sont à 97 % originaires du continent. INADEN se prononce « inadène » et signifie « artisans » en dialecte tamasheq, langue d’origine berbère.

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

Depuis mars 2022, des violents affrontements qui opposent des forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) au mouvement rebelle du 23 mars (M23) ont causé le déplacement de plusieurs milliers de personnes dans l’est de la RDC en province du Nord-Kivudes. Selon l’ONU, environ 510 000 personnes se sont déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Le Collectif Goma Actif composée de jeunes activistes et citoyens apporte une aide alimentaire aux femmes et aux enfants, les plus fragilisés.

RDC et Soudan du Sud, le voyage symbolique du pape François

RDC et Soudan du Sud, le voyage symbolique du pape François

En se rendant à la fin du mois de janvier dans deux pays en guerre, le pape François souhaite jouer un rôle de médiateur pour susciter l’espoir d’une réconciliation, comme il l’a déjà fait en République centrafricaine en 2015. Rompu à l’exercice de la diplomatie malgré une réputation d’homme au franc-parler qui peut quelquefois surprendre ses interlocuteurs, l’ex-archevêque de Buenos Aires va savoir choisir ses mots pour tenter de composer avec toutes les parties.