• Éric Armel N’Doumba, président du Centre africain de recherche en intelligence artificielle
• L’Afrique tournée vers les opportunités de l’I.A. et du big data
• La transhumance des éleveurs du Sahel

27:21

392 vues

Éric Armel N’Doumba, président du Centre africain de recherche en intelligence artificielle, travaille pour combler le déficit en compétences numériques du continent africain et permettre à l’Afrique de réaliser un grand bond en matière de technologies émergentes. L’intelligence artificielle et le big data ne cessent de se développer sur le continent africain. Plongée dans la transformation digitale du Cameroun, initiée par la Business Conférence Bensearch Solutions. Les éleveurs du Sahel mettent la priorité sur la santé de leurs troupeaux, indispensable à leur rentabilité.

Voir la retranscription

Retranscription

🇨🇩 👨‍💻  Éric Armel N’Doumba, président du Centre africain de recherche en intelligence artificielle, travaille pour combler le déficit en compétences numériques du continent africain et permettre à l’Afrique de réaliser un grand bond en matière de technologies émergentes.

 

🇨🇲 📱 L’intelligence artificielle et le big data ne cessent de se développer sur le continent africain. Plongée dans la transformation digitale du Cameroun, initiée par la Business Conférence Bensearch Solutions.

 

🐄 💉 Les éleveurs du Sahel mettent la priorité sur la santé de leurs troupeaux, indispensable à leur rentabilité. 

Communication LZFMedia

À voir aussi

L’Afrique en force à Vivatech 2024

L’Afrique en force à Vivatech 2024

Le monde africain de la high-tech était à Paris le mois dernier. Au programme : les nouveautés présentées à la huitième édition du Salon des technologies Vivatech, mais aussi les possibilités de partenariats et de réseautage au sein d’un écosystème international qui découvre les potentialités du marché africain. Un salon très marqué par l’arrivée de l’intelligence artificielle que certaines startups du continent commencent à adopter.

Afrique du Sud : l’ANC perd la majorité parlementaire

Afrique du Sud : l’ANC perd la majorité parlementaire

Des millions de Sud-Africains se sont rendus aux urnes à la fin du mois. Dotée d’un fort taux de participation, cette élection générale dans l’une des premières économies du continent a été qualifiée d’historique en raison de son enjeu : la possibilité que l’ANC, le parti de Nelson Mandela, perde la majorité et soit contraint de former un gouvernement de coalition. Pour parler des résultats des élections et de leurs conséquences, Professeur Sam Koma, Directeur du département Economie et Gestion, Université Limpopo nous a rejoints depuis l'Afrique du Sud.