Mama Africa Innovation accompagne les entrepreneurs dans leur retour en Afrique

Mama Africa Innovation accompagne les entrepreneurs dans leur retour en Afrique

Logo Mama Africa Innovation

Fondé par Alain Kayembe en 2017, le réseau Mama Africa Innovation accompagne et met en relation des entrepreneurs de la diaspora qui souhaitent retourner en Afrique pour investir et ainsi participer au développement du continent. 

Par Solenn Duplessy

« L’Afrique est le nouvel eldorado pour de nombreux entrepreneurs », constate Alain Kayembe, fondateur de l’association Mama Africa Innovation. C’est en ce sens que ce dernier décide de lancer en 2017 à Paris ce réseau associatif qui rassemble des entrepreneurs socio-économiques africains et du reste du monde. Dans un premier temps, l’association crée un cadre qui réunit la jeunesse autour de projets communs afin d’accroître l’unité entre Africains, de se motiver, de travailler ensemble pour développer l’intelligence collective et de cette façon, « poser des actes concrets pour favoriser l’essor de l’Afrique ». « Il faut que les gens de la nouvelle génération puissent libérer leur pensée en se réunissant à l’occasion d’ateliers collectifs pour pouvoir discuter de divers sujets », affirme Alain Kayembe. 

Un retour en Afrique créateur d’activité et un accompagnement sur le continent

Mama Africa Innovation se présente donc comme un réseau d’acteurs réunis autour d’une vision commune. Alain Kayembe entend de ce fait fédérer les entrepreneurs en Afrique et les encourager à adopter une démarche plus collective qu’individuelle. « Le fait que les gens rentrent en Afrique pour investir et initier leur activité, cela crée des emplois. Mais que ce soit pour investir dans l’immobilier ou pour créer des entreprises, la diaspora investit en Afrique de façon individuelle, chacun dans son coin. Nous voulons donner à tout le monde cette opportunité d’entreprendre sur le continent. » C’est dans cet esprit de solidarité et de réseautage que Mama Africa Innovation, implantée au Ghana, au Sénégal, en Afrique du Sud ou encore en République démocratique du Congo, accompagne et prend en charge les entrepreneurs dans leur installation en Afrique. « Certaines personnes commencent à rentrer en Afrique et nous avons intégré dans notre réseau un accompagnement pour ceux qui souhaitent s’y installer. Nous les aidons à faire des expertises de terrain dans les pays où nous sommes implantés. Là-bas, nous avons réseauté des partenaires et des entrepreneurs locaux. Ils travaillent ensemble pour faire le business plan et enregistrer leur entreprise avant leur arrivée sur le territoire », explique Alain Kayembe. « L’objectif est de faire du chiffre d’affaires rapidement en étant entouré des bonnes personnes dans son domaine d’activité »

« Je voulais amener quelque chose de nouveau au Congo, d’où je viens »

L’initiative a permis à Noella Mujinga, fondatrice de Little Angels International School, d’ouvrir en octobre 2021 son école bilingue à Kinshasa, en République démocratique du Congo. « Faisant partie de la diaspora installée en Angleterre, j’ai constaté qu’il y avait des lacunes dans le système éducatif congolais, notamment concernant l’apprentissage des langues. Ma double culture m’a donné envie de me mobiliser pour apporter quelque chose de nouveau au Congo, d’où je viens, et améliorer la formation des enfants dès la crèche », affirme Noella Mujinga. « Les enfants sont l’avenir, il est important pour moi de me servir de mon expérience personnelle pour contribuer à faire évoluer la jeunesse congolaise », ajoute-t-elle. Noella Mujinga a sollicité l’association via les réseaux sociaux afin de réaliser sur place ce projet. « Mama Africa Innovation m’a beaucoup aidée. L’objectif pour moi était surtout de bénéficier de leur expertise. Ils ont fait une étude de marché et ont mobilisé leur équipe basée à Kinshasa afin de trouver un emplacement stratégique pour installer l’école », témoigne-t-elle. 

Une collaboration qui se poursuit jusqu’à présent : Noella Mujinga devrait intervenir lors d’une conférence lors de laquelle Mama Africa ambitionne de réunir des entrepreneurs de la diaspora sur le thème des retours d’expérience. Alain Kayembe espère de cette manière encourager de futurs entrepreneurs à investir sur le continent. 

Quelques liens pour en savoir plus sur ces initiatives :

Mama Africa Innovation Accueil – Mama Africa Innovation (mama-africa-innovation.com)

Little Angels International School Home – Little Angels International School (littleangels-internationalschool.com)

À voir aussi

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Natty Ngoy est une entrepreneuse française de la diaspora africaine qui travaille avec des maîtres artisans dans des ateliers du cuir en Éthiopie pour élaborer de la maroquinerie et des accessoires. Elle a créé son entreprise en 2013 avec pour objectif de faire valoriser le travail, la création et les produits africains. Les matières premières utilisées sont à 97 % originaires du continent. INADEN se prononce « inadène » et signifie « artisans » en dialecte tamasheq, langue d’origine berbère.

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

Depuis mars 2022, des violents affrontements qui opposent des forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) au mouvement rebelle du 23 mars (M23) ont causé le déplacement de plusieurs milliers de personnes dans l’est de la RDC en province du Nord-Kivudes. Selon l’ONU, environ 510 000 personnes se sont déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Le Collectif Goma Actif composée de jeunes activistes et citoyens apporte une aide alimentaire aux femmes et aux enfants, les plus fragilisés.

RDC et Soudan du Sud, le voyage symbolique du pape François

RDC et Soudan du Sud, le voyage symbolique du pape François

En se rendant à la fin du mois de janvier dans deux pays en guerre, le pape François souhaite jouer un rôle de médiateur pour susciter l’espoir d’une réconciliation, comme il l’a déjà fait en République centrafricaine en 2015. Rompu à l’exercice de la diplomatie malgré une réputation d’homme au franc-parler qui peut quelquefois surprendre ses interlocuteurs, l’ex-archevêque de Buenos Aires va savoir choisir ses mots pour tenter de composer avec toutes les parties.