Journaliste

Maria Luisa Arango

Journaliste

Publications

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Interview Natty Ngoy, fondatrice de la marque d’accessoires et de maroquinerie INADEN

Natty Ngoy est une entrepreneuse française de la diaspora africaine qui travaille avec des maîtres artisans dans des ateliers du cuir en Éthiopie pour élaborer de la maroquinerie et des accessoires. Elle a créé son entreprise en 2013 avec pour objectif de faire valoriser le travail, la création et les produits africains. Les matières premières utilisées sont à 97 % originaires du continent. INADEN se prononce « inadène » et signifie « artisans » en dialecte tamasheq, langue d’origine berbère.

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

RDC : des jeunes s’organisent chaque jour pour apporter de l’aide aux déplacés de guerre

Depuis mars 2022, des violents affrontements qui opposent des forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) au mouvement rebelle du 23 mars (M23) ont causé le déplacement de plusieurs milliers de personnes dans l’est de la RDC en province du Nord-Kivudes. Selon l’ONU, environ 510 000 personnes se sont déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo. Le Collectif Goma Actif composée de jeunes activistes et citoyens apporte une aide alimentaire aux femmes et aux enfants, les plus fragilisés.

Invité du jour : Éric Pounewatchy

Invité du jour : Éric Pounewatchy

Éric Pounewatchy est un acteur, réalisateur et scénariste, né à Bangui en République centrafricaine. Il arrive en France à l’âge de 1 an dans les années 70 et passe son enfance à Sarcelles, en banlieue parisienne. Dans cet entretien, il nous parle de ses réalisations et de ses contributions, parmi lesquelles le documentaire « Parfois détruire, souvent construire, toujours servir », qui parle de réconciliation entre l’armée et la population en République centrafricaine en 2014 suite à une crise politico-militaire.

Annick Kamgang, artiviste camerounaise et guadeloupéenne

Annick Kamgang, artiviste camerounaise et guadeloupéenne

Annick Kamgang est une illustratrice engagée qui commente la société qui l’entoure grâce à ses dessins caricaturaux et ironiques, dans la presse et dans la littérature. Elle est plus communément appelée Kam, et ses dessins sont inspirés de son enfance au Cameroun et des mouvements politiques des années 80. Son œuvre la plus connue, « Lucha », illustre un groupe de jeunes Congolais engagés en faveur des droits de l’Homme.

Joëlle Épée Mandengue, une légende de la BD à Conakry

Joëlle Épée Mandengue, une légende de la BD à Conakry

Dessinatrice de bande dessinée, la Camerounaise qui se cache derrière le pseudonyme Elyon’s est considérée comme faisant partie des meilleures plumes dans son domaine. Joëlle Épée Mandengue est la coorganisatrice de l’événement itinérant Kubuni, qui expose les meilleures bandes dessinées d’Afrique dans le but de partager les richesses du continent. Autrice, dessinatrice, coorganisatrice d’événements… 8 ans après la parution de son premier tome, Elyon’s se lance désormais dans l’organisation du prestigieux festival de bande dessinée africaine Bilili BD.

Les larmes autour de la construction du métro d’Abidjan

Les larmes autour de la construction du métro d’Abidjan

En Côte d’Ivoire, le progrès économique impose de lourds sacrifices sociaux et humains à la population. Le tracé du chantier du métro urbain d’Abidjan confronte les riverains à la démolition de leur maison. Les résidents à proximité du camp du 43e bataillon d’infanterie de la marine française, situé dans la commune balnéaire de Port-Bouët, ont été sommés de quitter leur logement sans préavis. Ce sont plus de 150 familles qui sont concernées sur les 13 000 affectées par le projet. Retrouver un logement, éduquer les enfants… leur avenir est désormais menacé par ce changement de vie précipité.

La carte GIMAC bouscule le marché digital bancaire en Afrique centrale

La carte GIMAC bouscule le marché digital bancaire en Afrique centrale

Valentin Mbozo'o, directeur général du Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale (GIMAC), veut faire entrer le digital dans tous les foyers africains, avec des systèmes simples et sécurisés pour les transferts d’argent et les cartes de paiement. En 2015, il a lancé la carte interbancaire GIMAC avec la Banque centrale des États d’Afrique centrale (BEAC). Cela a permis de démocratiser l’utilisation de la carte bancaire au sein des six pays membres de cette entité et a facilité les transferts et transactions mobiles de ses utilisateurs. Aujourd’hui, dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), la carte GIMAC se place en deuxième position après la carte VISA.

Loader